KURUWARRI, pour piano, soprane et field recording.

 

Pour Piano, Soprane et Field Recording

Pour Piano Solo

Pour Piano et Soprane

Le Pianiste

Chaque photographie propose une tablature à interpréter au piano. Les accidents de surface, les traces plus ou moins marquées, les ombres portées, grains et poussière proposent les notes à interpréter. Elles sont choisies dans tout l’ambitus que propose le piano en fonction de la lecture faite de l’image : l’ambiance ressentie, les coordonnées spatiales de la tablature dans l’image pourront être interprétées par exemple. De la même façon, le cadrage, le contenu signifié par l’image, sa lumière sont autant d’informations qui permettront à l’interprète de choisir la vitesse d’exécution, l’ordre des notes, et l’intensité de chacune d’elle.

La Soprane

Elle chante les textes qui apparaissent sur les images que joue le pianiste. Elle essaiera le plus possible de se mettre au même plan sonore que le piano. Elle interprète les formes d’écriture qui lui donneront des indications d’intensité, de coloration vocale et de variation mélodique. Elle cherchera à rester en harmonie avec la partie piano.

Field Recording

Le Field Recording est préparé en amont de la pièce. Chaque image donne des indications d’ambiance sonore qu’il faut récolter et diffuser pour soutenir le jeu du pianiste. Pour ce faire, le pianiste peut s’accompagner d’un sampler avec toutes les ambiances prévues pour son interprétation. La diffusion marquera les «cut» liés aux changements de lieux et restera légèrement en retrait par rapport à la partie vocale et piano.

12. mai 2012 par Mathevet Frédéric
Catégories: Circonstances, Documents | Tags: , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur KURUWARRI, pour piano, soprane et field recording.