Enquête « Meanwhile, in Fukushima »/ Philippe Jubard/ écouter

enquete-meanwhileDans le cadre de l’enquête « Engagement, Résistance, Usage Social » sur la participation au projet de Dominique Balaÿ « Meanwhile, in Fukushima », voici les réponses au questionnaire dePhilippe Jubard pour sa pièce : écouter.

Pour écouter écouter : ici.

Pourquoi avez-vous choisi de participer au projet « Meanwhile, in Fukushima » ? En quoi « fukushima » est-il un événement pour lequel on peut s’engager ?

Je vivais à Kobe lorsqu’à eu lieu le désastre de Fukushima. Comme nous avons de la famille à Tokyo nous avons envoyé les objets d’usage quotidiens qui ont vite manqué dans le Kanto, des piles électriques et des torches, la ville étant privée d’électricité, ainsi que de l’eau car les gens avaient appris que l’eau courante risquait d’être contaminée. Nous avons aussi envoyé diverses choses par l’intermédiaire d’associations et donné de l’argent. À Kobe, à ce moment-là, on trouvait couramment des produits alimentaires du Tohoku. En décembre 2012, j’ai dû être amené trois fois aux urgences à la suite d’incidents cardio-vasculaires assez difficiles à expliquer. Certains médecins ont soupçonné une activité anormale des glandes endocrines. J’ai signalé avoir mangé plusieurs fois du maquereau ou du kombu venant des préfectures de Chiba, d’Iwate ou d’Aomori. Je suis toujours en observation.

Ce désastre n’est pas seulement une catastrophe naturelle mais surtout une catastrophe provoquée par l’activité humaine et qui implique les domaines politiques, économiques, scientifiques du Japon et d’autres pays. Pour cette raison, il est impossible de rester indifférent car l’action, politique notamment, doit être menée par chacun.

Il ne s’agit donc pas d’un problème local. La question qui me semble centrale est l’usage des technologies nucléaires et l’impact au niveau de la santé. Cela rappelle l’utilisation de la bombe à Hiroshima et dont les conséquences sont encore visibles aujourd’hui.

Pouvez-vous décrire la pièce que vous avez proposée à « Meanwhile, Fukushima » et quels sont les choix sonores, de compositions, de dispositifs… qui traduisent votre engagement ?

J’ai composé la pièce électronique « Écouter » afin que ne soient pas oubliées les victimes des grandes catastrophes, en particulier celle de Kobe en 1995. Avec le recul cette musique est prémonitoire. Elle débute par un son très aigu, presque imperceptible, mais cependant présent. À chacun d’écouter ce son ou de ne plus y prêter attention. Cela peut être un mal auquel on s’habitue. Mais ce mal conduit toujours à la catastrophe si on ne fait rien.

Écouter, c’est presque imperceptible, lorsqu’on le perçoit il est déjà trop tard…

Comment votre engagement passe-t-il dans votre musique ?

Ce n’est pas seulement par la forme de la musique que passe l’engagement mais par la diffusion de la musique lors d’un événement lié à la réflexion concernant une question particulière. 

11. avril 2013 par Mathevet Frédéric
Catégories: Enquête Meanwhile | Tags: , , | Commentaires fermés sur Enquête « Meanwhile, in Fukushima »/ Philippe Jubard/ écouter