Noise#Boussuge Maxime#Torpeur


1 Comment décririez-vous ce bruit ?
C’est un assemblage de quatre bruits pour illustrer le lien entre bruit et plaisir.
Un discours de l’armée française sur la récente opération au Mali étouffé comme une télévision dont on baisserait le volume.
(donc plaisir de contrôler le bruit)
Une rythmique saturée qui prend le dessus et s’étend sur le morceau comme un bruit dansant.
(ici, plaisir de transformer le son en le saturant et plaisir de la danse)
Un cri de joie : « C’est les vacances », c’est le moment où personne ne nous dira d’arrêter de faire du bruit.
(plaisir de crier)
Un sample d’un morceau de Tal (chanteuse de r’n’b français à textes crétins) qui est déformé comme pour se venger d’un bruit de fond irritant.
(plaisir de se venger)


2 Le bruit est-il une notion pertinente dans votre travail sonore ou musical ? Pourquoi ?
Oui, dans le sens où il permet d’amener des événements inattendus dans un environnement sonore prévisible. Il y a aussi certains bruits qui disparaissent (je pense notamment au bruit du modem 56k) et qui, enregistrés, ont une forte puissance évocatrice due à leur rareté.

3 Pensez-vous que l’avenir de la musique se trouve dans les bruits ? Je vois les bruits comme un grand réservoir de matière sonore et de jeu ; d’une certaine manière, c’est inépuisable. D’autre part, il me semble que les nouvelles technologies sont de plus en plus silencieuses dans leur fonctionnement (elles provoquent donc moins de bruits). Par contre elles peuvent occasionner des bugs amusants. Le design sonore prend de plus en plus de place dans le quotidien, cela peut être aussi une source d’inspiration.

 
Bio: Actuellement étudiant en école de commerce, je pratique la musique depuis plusieurs années avec un ami, par plaisir. Ce n’est que très récemment que j’ai voulu donner un nouveau sens à cette passion, à la suite d’une fracture du coccyx.

08. novembre 2014 par Mathevet Frédéric
Catégories: Noises | Commentaires fermés sur Noise#Boussuge Maxime#Torpeur