Appel à contribution# En chair et en son

logobuto

En chair et en son :

Rencontres internationales Butō et musique acousmatique :

Conférences-concerts-danse Butō

Organisé par AEA (Aventures électro-acoustiques), L’Autre musique, Motus (Compagnie Musicale) , EsPAS (Esthétique des arts de la performance_ ACTE Paris 1 Panthéon Sorbonne / CNRS umr8218), Le Cube, centre de création numérique les 23 et 24 octobre 2015.

Faire une proposition pour le colloque

dead line 24 mars 2015

Faire une proposition sonore

dead line 1 er juin

Faire une proposition en tant que danseur

dead line 1 er juin

English version below

 

Argument scientifique

Lorsque Tatsumi Hijikata et Kazuo Ōno créent le « Butō » dans le Japon des années soixante (chacun de leur côté comme nous le rappelle l’histoire), ils choisissent pour qualifier leur nouvelle approche de la danse, un terme qui désigne toutes les danses importées sur le territoire nippon. Dès lors, la danse Butō s’est définie, dès sa création, comme une danse de l’« autre », une « autre » danse, une danse de l’étranger. C’est dans cette altérité assumée que les danseurs Butō ont puisé les forces de leur rébellion contre l’ordre établi, et qu’ils ont rompu avec les arts vivants traditionnels japonais.

S’inspirant des pratiques artistiques modernes occidentales, de l’expressionnisme allemand au surréalisme, le danseur Butō est en quête de l’expression pure plutôt que de l’illustration des sentiments, et il propose des actions fortes plutôt que des images. À la même époque que le mouvement Gutaï, la danse Butō redéfinit la pratique de la danse et de la performance dans une approche pluridisciplinaire. Et, tout en se réclamant d’un « anti-art », les danseurs Butō affirment la matérialité concrète des corps et des actions en accord avec une introspection et une disponibilité au monde, ils encouragent le grotesque et le laid tout en assumant le rôle politique de leur création artistique, et sont volontiers vulgaires et provocateurs, métamorphosant les gestes banals de la vie quotidienne. Scandaleux, animal, grimaçant et concret — il a les pieds sur terre comme le rappel l’idéogramme tō — le performeur Butō pense le corps comme une mémoire, un corps qui à la mémoire de toutes les cicatrices du monde et qu’il rend dans une méditation en actions.

La musique acousmatique s’est faite, elles aussi, d’une matérialité concrète : celle de son support. Les sons enregistrés, dont on ne distingue plus nécessairement la source, retrouvent un nouveau dynamisme dans une expressivité spatialisée portée par un ensemble de haut-parleurs. Une suite de métamorphoses électriques, faites de passages, de glissements ou de ruptures et de confrontations qui remettent sans cesse sur le chantier la question de l’écoute. Mais cet « art des sons fixés » (Michel Chion) questionne aussi l’enregistrement lui-même, ce corps-mémoire autrefois figuré par la bande ou le sillon du vinyle. Une rencontre et une réflexion entre la musique acousmatique et la danse Butō s’imposaient donc. C’est en quelque sorte l’auscultation d’un « MA », c’est-à-dire d’une distance qui unit, comme l’imagine la pensée japonaise s’opposant à la distance occidentale, qui sépare, que ces rencontres veulent produire. D’une part, pour affirmer l’actualité de ces questions dans le champ de la création contemporaine, d’autre part pour démontrer la dynamique de réflexions et de créations que peut engendrer un rapprochement aussi « lointain et juste » que celui que nous proposons ici . Butō et acousmatique seront l’autre, l’un pour l’autre, dans une dynamique de découverte de l’un par l’autre, permettant de remettre en question nos idées reçues et de nourrir les disciplines convoquées.

Car, les journées de rencontres Butō et musique acousmatique sont uniques : elles associent aux spectacles vivants, des réflexions proposées par des chercheurs internationaux. Elles allieront aux spectacles et aux projections sonores des analyses organisées par l’équipe d’ Esthétique des arts de la performance et du spectacle vivant de l’université de Paris 1 (Institut ACTE, Panthéon-Sorbonne/CNRS umr8218) qui porteront sur les sujets suivants :

1. Les liens historiques et esthétiques entre la danse Butō et la performance contemporaine;

2. Entre le son et la chair : penser les rapports entre le corps et le sonore ;

3. Corps-mémoire et support-mémoire : métamorphose et inscription ;

4. Esthétique et poïétique du laid, du grotesque et du vulgaire.

Comité scientifique et artistique/organisation du colloque

Michel Titin-Schnaider (AEA), Vincent Laubeuf (MOTUS), Ivan Magrin-Chagnolleau (artiste chercheur, CNRS, responsable de l’équipe EsPAS (Institut ACTE – CNRS & Université Sorbonne Paris 1) ), Célio Paillard (artiste chercheur, EsPAS (Institut ACTE – CNRS & Université Sorbonne Paris 1), L’Autre musique), Frédéric Mathevet (artiste chercheur, EsPAS (Institut ACTE – CNRS & Université Sorbonne Paris 1), L’Autre musique), Fanny Fournié (enseignante au CUFR Jean-françois Champollion, chercheur associé au laboratoire EMC2, UPMF, Grenoble).

soutien partenaire

L’Autre musique, Motus (Compagnie Musicale), AEA, Le cube, EsPAS (Institut ACTE, Panthéon-Sorbonne/CNRS umr8218)

# Appel à contribution_ colloque

Les propositions de communications comporteront entre 3000 et 6000 signes maximum. Le thème dans lequel la communication s’inscrit devra être précisé. Ce résumé inclura cinq mots clés, nom et prénom de(s) l’auteur(s), statut et institution, adresse électronique.

Les propositions seront envoyées exclusivement par courrier électronique, dans le corps du message ou en pièce jointe, à l’adresse suivante: contact(at)lautremusique(dot)net

Merci de préciser dans l’objet « appel à contribution-danse buto et musique acousmatique ».

Date limite de réception des propositions : 23 mars.

Une réponse sera envoyée avant le 17 avril 2015. Les auteurs des communications retenues devront ensuite envoyer le titre définitif de la communication et un résumé(500motsmaximum) pour le 11 mai 2015.

Les articles dans leur version définitive feront l’objet d’une publication dans une mise à jour de la revue en ligne L’Autre musique #1 : Charnel. Ils accompagneront le compte-rendu du festival.

# Appel à contribution_ Musique acousmatique//Danse Butō

Dans le cadre de ces premières rencontres « Danse Butō et musique acousmatique », nous recherchons des compositeurs de musiques acousmatiques et des danseurs Butō. Les musiciens et danseurs sélectionnés bénéficieront de créneaux de répétitions au Cube, centre de création numérique (Issy-les-Moulineaux) durant les 4 jours précédents le festival. Les musiciens verront leur pièce interprétée sur l’acousmonium de la compagnie Motus. Les danseurs pourront choisir la pièce acousmatique avec laquelle ils veulent se produire lors du festival.

«En chair et en son» se propose d’être initiateur de rencontres, cependant des créations déjà existantes résultant de la coopération entre musicien acousmatique et danseur butô peuvent être proposées.

Les propositions sonores

*Les propositions sonores feront de 15 à 30 minutes. Elles devront être disponibles via une plateforme de distribution audio en ligne ( soundcloud, bandcamp…). Elles seront accompagnées d’une note de concert, en français ou en anglais, expliquant la pièce et précisant le lien souhaité avec la danse bûto de 1500 à 3000 signes. Les propositions seront envoyées exclusivement par courrier électronique à l’adresse suivante: contact(at)lautremusique(dot)net. Merci de préciser dans l’objet « appel à contribution-danse Butō et musique acousmatique » et d’ajouter à la proposition : j’autorise ou je n’autorise pas la diffusion de ma pièce dans la revue ou le laboratoire L’Autre musique.

Un compositeur peut soumettre jusqu’à 3 œuvres différentes. Dans ce cas chacune doit être accompagnée d’une note de concert spécifique.

Le comité de sélection sera particulièrement sensible aux propositions qui tiendront comptes du dispositif singulier de ces rencontres : musique diffusée sur un acousmonium accompagné d’une performance dansée fortement inspirée par le Butō. Prenez le temps de lire l’argument scientifique et les pistes de réflexion proposées.

Les propositions de participation en tant que danseur

*Les propositions de participation en tant que danseur Butō, ou en tant que danseur avec une forte influence du Butō dans sa pratique. Il s’agira de soumettre via une plateforme de distribution vidéo en ligne ( youtube, vimeo…) un extrait ou la totalité d’une performance déjà réalisée. Elles seront accompagnées d’un texte, en français ou en anglais, expliquant les motifs de votre participation et le lien envisagé avec la musique acousmatique de 1500 à 3000 signes. Les propositions seront envoyées exclusivement par courrier électronique à l’adresse suivante: contact(at)lautremusique(dot)net. Merci de préciser dans l’objet « appel à contribution-danse Butō et musique acousmatique » et d’ajouter à la proposition : j’autorise ou je n’autorise pas la diffusion de ma performance dans la revue ou le laboratoire L’Autre musique.

Le comité de sélection sera particulièrement sensible aux propositions qui tiendront comptes du dispositif singulier de ces rencontres : musique diffusée sur un acousmonium accompagné d’une performance dansée fortement inspirée par le Butō. Prenez le temps de lire l’argument scientifique et les pistes de réflexion proposées.

Le laboratoire en ligne L’Autre musique servira d’interface pour permettre aux danseurs, aux musiciens, mais aussi au public de se rencontrer.

Jusqu’au 1er juin 2015, le laboratoire L’Autre musique diffusera sur son site les pièces sonores et les extraits de danse présélectionnés par le comité scientifique et artistique du festival.

À partir du 1er juin 2015, le comité scientifique et artistique proposera aux compositeurs et aux danseurs ou compagnies de travailler ensemble lors de créneaux de répétitions lors des quatre jours précédents le festival, au Cube centre de création numérique (Issy-les-Moulineaux). Les binômes seront proposés par le comité scientifique ou par le désir exprimé par les artistes lorsqu’ils connaîtront la sélection.

English version: 

When Tatsumi Hijikata and Kazuo Ōno creates « Butoh » in the Japan end of fifties (each other independently), they choose to qualify their new approach of dance, a word which show all foreign dances imported on the Japan country.

Then, the butoh dance was defined, from its creation, as a dance “from the other”, an “other” dance, the dance of the foreigner. This is, on this assumed alterity, that butoh dancers took the strength of their rebellion against the established order, and that they broken up with the traditional Japanese life arts.

Inspired by the occidental modern artistic practices, from the german expressionism to the surrealism, the butoh dancer is in quest of the pure expression than of the illustration of the feelings, and he proposes strong actions rather than images. In the same period than the Gutaï movement, the butoh dance redefined the practice of the dance and performance on a multidisciplinary approach.

And, while calling itself as “anti-art”, butoh dancers affirm the concrete materiality of the bodies and actions in agreement with an introspection and availability to the world, they encourage the grotesqueness and the ugly, as assuming the political role of their artistic creation, and they are willingly crude and agitator, transforming common gestures of the daily life.

Scandalous, animal, inelegant and concrete – he has his foots on the ground as recall the ideogram tō —the butoh performer thinks the body as a memory, a body which have the memory of all scars of the world and that he give in return through a meditation in action.

The acousmatic music also was formed from a concrete materiality: the one of its medium. The recorded sounds, from which we do not necessary distinguish the source, get back a new dynamism in a spatialised expressiveness carried by a set of speakers. A line of electrical metamorphosis, made with passages, sliding or rupture and confrontation, which rise again the question of listening.

But this “art of fixed sounds” (Michel Chion) also interrogates the recording itself, this body-memory, in the past also constituted by the tape or the groove of the vinyl disc.

A meeting and reflection between acousmatic music and butoh dance are then necessary. It is, in a way, the auscultation of a “MA”, this means a distance which join (as imagine the Japanese thinking, opposed to the occidental distance, which separate) that these meetings want to produce. On one hand to claim the newsworthy of these questions in the field of the contemporary creation, on the other hand to demonstrate the dynamism of the reflections and creations that can be engendered by a rapprochement so “distant and true” as this we propose here. Butoh and acousmatic will be the other, the one for the other, in a dynamic of discovery, allowing us to call our received ideas in question and to feed the called disciplines.

Because the days of butoh and acousmatic meetings are unique: they associates live performances and reflections proposed by international researchers. They combined shows, sound projections and analysis organized by the Esthétique des arts de la performance et du spectacle vivant team of the university Paris 1 (Institut ACTE, Panthéon-Sorbonne/CNRS umr8218) which will focus on the following topics:

  1. The historic and aesthetic links between butoh and contemporary performances
  2. Between the sound and the flesh : to think the connection between body and sound
  3. Body-memory and medium-memory: metamorphosis and inscription
  4. Aesthetic and poïetic of the ugly, grotesqueness and crude

Scientific and artistic comity/organisation of the symposium

Michel Titin-Schnaider (AEA), Vincent Laubeuf (MOTUS), Ivan Magrin-Chagnolleau (artist researcher, CNRS, responsable of the team EsPAS (Institut ACTE – CNRS & Université Sorbonne Paris 1) ), Célio Paillard (artist researcher, EsPAS (Institut ACTE – CNRS & Université Sorbonne Paris 1), L’Autre musique), Frédéric Mathevet (artist researcher, EsPAS (Institut ACTE – CNRS & Université Sorbonne Paris 1), L’Autre musique).

Partner support

L’Autre musique, Motus (Music Company), AEA, Le cube, EsPAS (Institut ACTE, Panthéon-Sorbonne/CNRS umr8218)

# Call of contribution_ symposium

The proposals of communications should contain between 3000 et 6000 signs maximum. The theme on which the communication is related has to be mentioned. This summary should include five keywords, name and surname of the author, status and institution, electronic address.

Proposals shall be sent exclusively by e-mail, in the content of the message or in an attached document, to the following address : contact(at)lautremusique(dot)net

Thanks to indicate in the object «call of contribution – butoh dance and acousmatic music».

Deadline for the submission of proposals: 23th of march.

An answer will be sent before the 17th of April 2015. The author of selectionned communications will then have to send the definitive title of the communication and a summary (500 words maximum) for the 11th of may 2015.

The article, in the definitive version will be published in an update of the on-line web-review L’Autre musique #1 : Charnel. They go along with the festival report.

# Call of contribution_ Acousmatic music//Butoh dance

In the scope of these first “Butoh dance and acousmatic music” meetings, we are looking for composers of acousmatic music and butoh dancers. Selected musicians and dancers will take benefit of time-slots for repetitions during 4 days in the Cube, centre de creation numérique (Issy les Moulineaux, close to Paris). The selected musical works will be interpreted on the acousmonium of the MOTUS company. Dancers will be able to select the musical work with which they want to perform during the festival.

«En chair et en son» propose to initiates meetings between composers and dancers, however creations which already result from an existing cooperation between one composer and one dancer could be proposed.

The musical propositions

*The musical propositions shall have a duration between 15 to 30 minutes. They have to be available on a on-line audio distribution platform ( like soundcloud, bandcamp…). They shall go with a concert note, written in french or English (1500 to 3000 signs), explaining the musical work and the linked desired/seen with the butoh dance. Elles seront

Proposals shall be sent exclusively by e-mail, to the following address : contact(at)lautremusique(dot)net

A composer should submit 3 different work maximum. Each work shall be associated with a specific concert note.

Thanks to indicate in the object «call of contribution – butoh dance and acousmatic music» and to add to the proposal “I agree or I do not agree the diffusion of my work …. in the review or by the L’Autre Musique laboratory.

The selection comity will be particularly interested by the proposals which takes into account the “spirit” of these meetings: music played on a acousmonium and associated with butoh performance: Takes the time to read the scientific arguments and tracks of reflections proposed.

The butoh dancers

*The proposals of butoh dancer (or dancer who have a strong butoh influence in his practice)

It is asked to submit, via an in-line video platform (as youtube, vimeo,…) an excerpt or the totality of a butoh performance video captation.

They shall go with a note, written in french or English, explaining the motivation to participate to these meetings and the links considered with acousmatic music.

Proposals shall be sent exclusively by e-mail, to the following address : contact(at)lautremusique(dot)net

Thanks to indicate in the object «call of contribution – butoh dance and acousmatic music» and to add to the proposal “I agree or I do not agree the diffusion of my performance …. in the review or by the L’Autre Musique laboratory.

The selection comity will be particularly interested by the proposals which takes into account the “spirit” of these meetings: music played on a acousmonium and associated with butoh performance: Takes the time to read the scientific arguments and tracks of reflections proposed.

The On-line laboratory L’Autre musique will be the interface to allow the dancers and the musicians, but also the public, to meet together.

Up to the 1st of June, the laboratory L’autre Musique will broadcast on its website the musical works and video dances shortlisted by the scientific and artistic comity of the festival.

After the 1st of June, the scientific and artistic comity will propose to the composers and dancers to work together and to take benefit of time-slots for repetitions during 4 days in the Cube, centre de création numérique (Issy les Moulineaux, close to Paris). The pairs will be proposed by the comity or by the desire expressed by the artists when they known the selection.

 

Un commentaire

  1. Non, non, non, le butô n’est pas un rupture avec les arts vivants du Japon, bien au contraire est-ce un retour vers la source de ces arts. Et d’ailleurs, ce n’est pas un hasard s’il y a parentés entre l’expressionnisme allemand …. et les vieilles formes théâtrales japonaise.

    Regardez le kabuki, les « mie » de la forme aragoto, et voila, vous avez jeté les bases de l’esthétique du butô

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *